Mots-clefs

, , ,

15 août 1911 La période qui vient de s’écouler pendant laquelle je n’ai pas écrit un mot a été très importante pour moi parce qu’aux écoles de natation de Prague, de Königssaal et de Czernoschitz j’ai cessé d’avoir honte de mon corps. Avec quel retard – à vingt-huit ans – je rattrape mon éducation, c’est qu’on appellerait un départ retardé pour une course. Et le préjudice dans un tel malheur ne consiste pas dans le fait de ne pas vaincre ; ce n’est là que le noyau encore visible, clair et sain du malheur qui devient flou et perd toute limite, entraînant celui qui devait contourner le cercle à l’intérieur du cercle. J’ai d’ailleurs remarqué beaucoup d’autres choses en moi pendant cette période qui a été même heureuse pour une petite part, et je vais essayer de les noter pendant les prochains jours.

Publicités