Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , ,

20 octobre 1911    Le 18 chez Max, écrit sur Paris. Mal écrit, sans accéder vraiment à l’air libre de la véritable description, qui vous détache le pied du sol de l’expérience vécue. Il faut dire que j’étais apathique après la grande exaltation du jour précédent qui s’est terminée avec la conférence de Löwy. Ce jour-là je n’étais pas dans un état d’esprit exceptionnel, étais allé avec Max chercher sa mère qui venait de Gablonz, avais été avec eux au café et puis chez Max qui m’avait joué une danse tzigane tirée de La Jolie fille de Perth. Une danse au cours de laquelle, tout au long de pages entières de partition, il n’y a que les hanches qui se balancent au rythme d’un tic tac monotone, l’expression du visage étant lente et affectueuse. Jusqu’à ce que, vers la fin, survienne brièvement et tardivement la sauvagerie intérieure qui a été attirée, qu’elle secoue le corps, le mate, comprime la mélodie de telle sorte qu’elle jaillisse en hauteur et en profondeur , (ce sont des sons particulièrement amers et sourds qui ressortent) et s’achève sans qu’on y fasse attention. Au début et perdurant pendant tout le morceau, un fort sentiment de proximité avec les tziganes, peut-être parce qu’un peuple si sauvage dans la danse ne se montre sans crainte qu’à l’ami. Impression de grande vérité donnée par la première danse. Ensuite feuilleté dans les « Propos de Napoléon ». Comme on devient facilement, en l’espace d’un instant, une particule de l’énorme représentation qui était celle de Napoléon ! Ensuite je suis allé chez moi, bouillonnant déjà, je n’arrivais à tenir tête à aucune de mes idées, désordonné, enceint, échevelé, enflé, au milieu de mes meubles roulant autour de moi, survolé par mes souffrances et mes soucis, occupant le plus d’espace possible, car malgré mon volume j’étais très nerveux, je suis entré dans la salle de conférences. A la façon dont j’étais assis p.e. et vraiment bien assis, j’aurais aussitôt reconnu mon état si j’avais été le spectateur. Löwy a lu des pièces humoristiques de Cholem Aleikhem, puis une histoire de Perez, un poème de Bialik (c’est le seul texte où le poète, afin de populariser pour les futures générations juives ce poème inspiré du pogrom de Kischenew, s’est abaissé à écrire en yiddish et non plus en hébreu et à traduire lui-même en yiddish son poème écrit en hébreu), La vendeuse de lumière de Rosenfeld. Un acteur avait une façon naturelle et répétitive d’ouvrir brusquement les yeux qui restaient ouverts un moment encadrés par des soucis levés. Vérité absolue dans toute sa manière de lire; le mouvement faible qui part de l’épaule pour lever le bras droit; le geste de bouger le lorgnon qui semble emprunté tellement il convient mal au nez; la position de la jambe sous la table, qui est si étendue que ce sont surtout les frêles os de jonction entre le haut et le bas de la cuisse qui sont en activité; la courbure du dos qui a l’air si faible et si misérable, l’observateur ne se laissant pas tromper dans son jugement face à un dos homogène et uniforme, comme cela peut se produire quand il regarde un visage, par les yeux, par les cavités et les saillies des joues mais aussi par chaque détail, ne serait-ce qu’une touffe de barbe. Après la conférence, en rentrant chez moi, j’ai senti toutes mes capacités réunies et c’est pourquoi je me suis plains à mes soeurs et à la maison même à la mère.

Publicités